Retrouvailles

Rien de mieux, quand on vit à l’étranger, que des retrouvailles avec sa bande d’ami(e)s historiques, éparpillée un peu partout sur la planète. L’occasion de constater que rien n’a changé, malgré les années.

Seuls quelques nouveaux réflexes, peut-être, témoignent d’un certain vécu. A la fin de la vingtaine, quand une amie annonçait qu’elle avait rencontré quelqu’un, ça donnait quelque chose comme ça :

A la fin de la trentaine, ça ressemble plutôt à ça :